Make your own free website on Tripod.com

Chota Roustavéli
Le chevalier a la peau de panthère

 

XXXI. ENTRETIEN
D'AVTANDIL AVEC CHERMADIN

765 Le preux s'adresse à Chermadin, sa clarté l'univers emplit:
«Voici le jour de mon espoir, en mon cœur la joie ne faiblit.
Le soir nous montrera, pour moi ce que tu auras accompli.»
Celui-là devrait les louer, qui entend ces mots ou les lit.

766 Il dit: «Rostévan me retient sans même entendre mon avis,
Il veut ignorer mon malheur et le preux grâce à qui je vis.
Chez moi ou ailleurs, que sans lui vie et repos me soient ravis!
Dieu pardonne-t-il l'injustice ou plutôt contre elle sévit?

767 «Je décidai de ne quitter le chevalier, près de lui être.
À un blasphème on reconnaît le vil imposteur ou le traître.
Le cœur gémit et se morfond sans espoir de le voir paraître,
Sur le qui-vive, auprès de soi ne désirant personne admettre.

768 «Un ami peut manifester son amitié de trois façons:
Ne quitter l' ami, refuser de l'éloignement la rançon,
Faire largement des présents sans lassitude ni soupçon,
Voler vers lui par monts et vaux, étant ferme dans les arçons.


769 «Pourquoi poursuivre le discours quand il est temps de l'abréger?
Un départ secret soignera les plaies de mon cœur engagé.
Je te prie de bien m'écouter avant que je prenne congé:
Suis mon conseil formellement, sans rien omettre ou négliger.

770 «Tout d'abord, tu dois assumer de ton roi le parfait service,
Tu feras preuve de vertu et tu refouleras les vices,
En prince tu commanderas mes vieux guerriers et les novices.
Multiplie les preuves de zèle et que ta fermeté sévisse.

771 «Protège ferme la frontière et que ta force ne s'épuise,
Sois généreux pour le fidèle et tue les traîtres qui te nuisent!
À mon retour tu recevras des biens que le temps n'amenuise:
Les services rendus au maître à sa gratitude conduisent."

772 Chermadin s'attriste l'oyant, et les pleurs à ses mots préludent:
«Le malheur ne peut m'effrayer, vienne-t-il dans ma solitude,
Mais la nuit tombée sur mon cœur, que dire à sa sollicitude?
Daigne m'emmener avec toi, épreuves et maux je n'élude!

773 «Vit-on que d'un preux solitaire aussi longtemps l'errance dure?
Un vassal abandonne-t-il le seigneur à son heure dure?
Comment veux-tu que, délaissé, ton amère absence j'endure?»
Le preux répond: «Cesse tes pleurs, et que cette épreuve t'indure!

774 «Puis-je douter de ton amour? En doutant l'espoir nous minons,
Mais mon destin s'y opposant, contre lui ne récriminons!
À qui confier ma maison et remettre mes biens, sinon
À toi? Tranquillise ton cœur: à ta requête je dis non!

775 «En midjnour dément il me sied seul déambuler dans le pré,
N'est-il pas du sort d'un amant de marcher de pleurs entouré?
Un midjnour ne vieillit chez lui, loin de ses murs il doit errer,
Ainsi va le monde, crois-moi, mon propos en rien n'est outré!

776 «Aime-moi de loin et dis-toi: «Mon cher seigneur dans le val est.»
Je ne crains pas mes ennemis, je serai mon propre valet.
Pour un chevalier courageux jamais malheur ne prévalait,
Je hais l'acte impie et celui qui se tut, ne le trouva laid.

777 «Pour moi le monde n'a de prix que celui d'un trop mûr concombre,
Mourir pour l'ami m'est un jeu qui ne me pèse et ne m'encombre!
Mon soleil m'y autorisant, de prendre la route il m'incombe.
Puisque l'aimée je dois quitter, ma maison ne devient, plus qu'ombre!

778 «Je te remets mon testament destiné au roi Rostévan,
Je le prie de te protéger, comme mon disciple t'aimant,
Si je péris, ne te tue pas, ne fais point œuvre de Satan,
Mais pleure-moi et de tes yeux verse de larmes des torrents.»

 

XXXII. TESTAMENT D'AVTANDIL
LAISSÉ AU ROI ROSTÉVAN

779 Il écrivit son testament, des mots faisant vibrer les cordes:
«Roi, en secret je vais chercher le preux, car nos désirs concordent
Je dois revoir celui par qui mon cœur est embrasé. Accorde
À ton serviteur le pardon, la divine miséricorde!»

780 «Je sais que ma décision à la fin n'encourra ton blâme;
Un sage n'abandonne point l'ami qui de loin le réclame.
Entends l'adage de Platon qu'au fond du cœur nous recelâmes:
«Le mensonge et l'hypocrisie atteignent le corps et puis l'âme.»

781 «De tous les malheurs existants le mensonge nous gratifie.
Puis-je sacrifier l'ami qui, tel un frère, à moi se fie?
Si je n'applique sa sagesse, à quoi sert la philosophie?
Pour joindre l'ordre supérieur notre savoir nous édifie,

782 «Au sujet de l'amour as-tu lu ce qu'écrivent les apôtres?
Il faut connaître leur avis, et leurs éloges taire nôtres.
Ils ne répètent que ceci: «L'amour nous élève»—et rien d'autre.
Si tu n'y crois, que dire à ceux qui dans l'ignorance se vautrent?

783 «Ma force brisant l'ennemi, je la dois à qui me créa,
Puissance Invisible qui vient dans l'épreuve en aide au féal.
Dieu pose au mortel sa limite et lui montre ses aléas.
D'un Il fit cent et un à cent par Sa volonté suppléa.

784 «La volonté de Dieu se fait, tout comme le fleuve débâcle,
Rosé et violette au soleil doivent leur vie, ses réceptacles.
L'on est ébloui, transporté devant un sublime spectacle,
Mais l'absence du preux ternit pour moi de la vie le miracle.

785 «Votre courroux est mérité, mais j'espère avoir une excuse,
Je suis prisonnier du devoir et jamais je ne le récuse.
Le départ devrait me guérir de mon feu cuisant qui s'accuse,
Je tiens à me rendre où je veux, de mes maux personne n'accuse.

786 «Ne te serviront ni dépit ni pleurs versés en abondance,
On n'élude point le dessein des cieux, selon toute évidence.
Un brave endure les malheurs sans entrer dans leur morne danse,
Ame qui vive ne saurait se soustraire à la Providence.

787 «Advienne ce que Dieu conçoit, et que Sa volonté se fasse,
Mon cœur des cendres renaîtra, ma destinée prendra sa face.
Richesse et joie vous conviendront comme à l'écu convient la fasce,
Mon dévouement demeurera, gloire et amitié ne s'effacent!

788 «Si quelqu'un blâme mon dessein, ô roi, que ta dextre me tue!
Mon départ te chagrine-t-il ou bien mon intention tue?
Je ne puis tromper un ami et lâche ne me constitue,
Sinon du trahi le mépris dans l'au-delà se perpétue.

789 «À ne point oublier l'ami l'hôte de la terre a profit,
Je blâme le traître éhonté, des lois d'amitié faisant fi!
Au preux solaire je ne puis faire ce que jamais ne fis.
Est-il pis qu'un homme tardant à partir et d'orgueil bouffi?

790 «Est-il pis qu'un homme au combat saisi de peur et qui pied lâche,
Qui pense soudain à la mort, tressaille et se conduit en lâche?
La fileuse en ferait autant, qui tend sur métier le fil lâche.
Il vaut mieux illustrer son nom, forger la gloire sans relâche!

791 «Chemin tors ou rocheux ne fait changer la mort de trajectoire,
Elle nivelle faible ou fort, ne connaît point d'échappatoires,
Enfin la terre réunit jeune ou vieux aux actes notoires.
Plutôt que vivre dans l'opprobre, il vaut mieux mourir dans la gloire!

792 «Puis, tremblant, je te dis, ô roi, ces propos sur lesquels je pleure:
Qui n'attend pas à tout instant Dame mort, se trompe et se leurre,
Car elle vient de nuit, de jour, sans choisir ni le temps ni l'heure!
Si je ne retourne vivant, aie longue vie que mal n'effleure!

793 «Si le monde, œuvrant au néant, m'anéantit, fidèle à soi,
Si loin des parents, pèlerin, la terre en son sein me reçoit,
Si ni confident ni disciple un linceul pour moi ne conçoit,
Roi, que votre compassion d'ultime réconfort me soit!

794 «J'ai des trésors jamais pesés, d'immenses terrains sans enclaves,
Distribue aux pauvres l'argent et daigne affranchir mes esclaves,
Comble l'indigent, l'orphelin, soutiens le fidèle et le brave,
Que ma mémoire soit bénie et que le temps ne la délave!

795 «Mon surplus conviendrait à ceux qui dans la misère croupissent,
Ce qui n'ornerait ton trésor, donne-le et, sous tes auspices,
Commande d'ériger des ponts, d'élever maisons et hospices.
Apaisant mon feu dévorant, ta bienveillance m'est propice.

796 «D'autres nouvelles désormais de moi le roi ne recevra,
Mon âme s'est livrée ici, comme de la marée le raz,
Diableries ne la tenteront, elle en refuse le fatras.
Pardonne au défunt ces soucis et passe-lui cet embarras!

797 «Je te prie, roi, pour Chermadin, mon serviteur et mon élu:
Au cours de l'année, il connut malheurs et revers tant et plus.
Rends-lui ta grâce, de tout temps à ton service il se complut.
Interromps de ses pleurs sanglants le navrant et déchirant flux!

798 «Je termine ce testament que j'écris de ma propre main,
Je te quitte, mon précepteur, dément je suivrai mon chemin!
Ne te morfonds pas, mon seigneur, le deuil ne doit t'être commun,
Vis heureux, semant la terreur, terrassant des ennemis maints!»

799 Il termine son testament et puis à Chermadin le passe,
Lui disant: «Remets-le au roi et ton attitude compasse,
Dans l'art de servir à la cour aucun sujet ne te surpasse.»
Il l'embrasse, versant des pleurs dont la couleur de sang ne passe.

 

XXXIII. PRIERE D'AVTANDIL

800 Il prie, disant: «Ô Dieu Très-Haut, régissant la terre et les deux,
Envoyant tantôt le tourment et tantôt le bien précieux,
Inconnaissable et Ineffable édictant les droits gracieux,
Maître des passions, bannis le bas désir pernicieux!

801 «Je te prie, ô Seigneur, régnant sur l'étendue ferme et les cimes!
Tu créas l'amour et Tu fis les lois par lesquelles on s'aime.
Le sort m'éloigna du soleil dont la pure clarté essaime,
Ne déracine point l'amour que ses rayons dans mon cœur sèment!

802 «Ô Dieu miséricordieux, je n'implore que Toi au faîte,
De retour des chemins lointains pour Toi seul ma prière est faite:
Vaincs l'ennemi, l'esprit de nuit, instaure en mer la paix parfaite,
Permets que par Ton serviteur Ton œuvre noble soit parfaite.»

803Ayant prié, le preux franchit le seuil sur son cheval de race,
Chermadin pleure, renvoyé, et ses joues en portent les traces,
Meurtrit sa poitrine et le sang des rigoles sur les rocs trace.
De ne point revoir son seigneur, au vassal n'est pire disgrâce!

 

XXXIV. LE ROI ROSTÉVAN
APPREND QU'AVTANDIL S'ESQUIVE

804 J'entreprends un autre récit, suivant le preux en son trajet.
Le roi ne recevait ce jour, d'humeur maussade, il enrageait,
Dès l'aube sa bouche lançait de feu et de flammes des jets.
Il manda son vizir, on vit paraître le tremblant sujet.

805 Voyant le vizir déférent et sa décision mûrie,
Rostan lui dit: «J'ai oublié les mots de mon âme ahurie,
Hier ton propos me fâcha, et longtemps j'étais en furie.
Dans un tel état, tu comprends que l'on fulmine et injurie.

806 «Qu'est-ce que le preux désirait, pourquoi mon conseil tourna court?
Les savants disent justement: «De dépit malheur on encourt.»
Mûris l'affaire à l'avenir avant de te rendre à la cour
Et maintenant restitue-moi ton propos d'hier, ton discours.»

807 Comme le roi l'y convia, le vizir reprit ses devis.
À l'intention d'Avtandil la réponse du roi suivit:
«Si tu me parais d'esprit sain, que ne suis-je le Juif Lévi!
Ne reviens plus à ce propos, mon courroux n'est pas assouvi!»

808 Le vizir ne trouve Avtandil, en vain le cherche-t-il et rôde,
Les esclaves, versant des pleurs, lui disent son départ en fraude.
Le vizir dit: «Je n'irai plus au palais par l'herbe émeraude
Y faire à mes frais son héraut. Qu'un autre sur ce sujet brode!»

809 Le roi envoya son valet, le vizir ne comparaissant:
Celui-ci n'osait annoncer d'Avtandil le départ récent.
Le soupçon de Rostévan croît, une adversité il pressent.
Il dit: «Sans doute il est parti, le preux qui faisait face à cent!»

810 Le roi médita, tête basse, et n'eut de propos goguenards,
Puis ordonna à son valet.: «Conduis-moi céans ce couard!
Qu'il m'expose des faits exempts d'affabulation ou fard!»
Le vizir paraît au palais, sur ses gardes, le teint blafard.

811 Le vizir entre dans la salle éperdu, navré et pensif.
Le roi demande: «En lune est-il parti, le soleil évasif?»
Le vizir relate en détail d'Avtandil le départ furtif:
«Hélas, le temps n'est plus au beau et ne luit plus le soleil vif!»

812 Le roi sursaute à ce propos et, versant des pleurs, se rebiffe:
«Mon disciple, te reverrai-je? As-tu pris fuite en escogriffe?»
Qui le voit, s'étonne: le roi s'arrache la barbe, se griffe:
«Où es-tu, pilier de lumière? Ainsi mon destin tu attifes?»

813 «Gardant ta tête, tu n'es seul et te passes de mots câlins,
Mais moi, que vais-je devenir, demeuré chez moi au déclin?
]e t'ai adulé dans mon cœur et je me retrouve orphelin!
En attendant de te revoir, je me tais, en mots ne me plains.

814 «Quand te reverrai-je, rentrant d'une partie de chasse, gai,
Jouant à la balle, élancé, beau et dispos, point fatigué?
Ta voix envoûtante de loin je n'aurai plus à distinguer.
Que faire du trône et palais, par ton absence subjugué?

815 «Je sais qu'en tes déplacements tu n'as pas à craindre la faim,
Nourri par ton arc et ta flèche au tir hardi, précis et fin.
Peut-être que le Dieu clément soulagera tes maux enfin,
Mais si je meurs, qui accourra verser des larmes sur ma fin?»

816 Au palais la foule grossit, l'annonce triste se propage,
Les vieillards s'arrachent la barbe et pleure leur aréopage,
Du poing on se frappe la tête et il se fait un grand tapage,
On se dit: «La nuit retomba, partit l'astre en son équipage!»

817 Vers les nobles le roi se tourne et il soupire en leur disant:
«Vous voyez que notre soleil nous prive des rayons luisants!
Lui avons-nous fait quelque mal, pourquoi s'en va-t-il, courtisans?
Qui commandera nos guerriers dont le désarroi est cuisant?»

818 On pleura, sanglota, enfin l'agitation s'apaisa.
Le roi dit: «Est-il parti seul ou un serf son sort épousa?»
Chermadin, confus, s'approcha, le testament il déposa
Et, tremblant, répandit des pleurs. La vie de son poids lui pesa.

819 Il dit: «Je vois ce testament, ô roi, déposé sur sa couche,
Ses serfs s'arrachent les cheveux et la barbe, car il découche.
Le preux part seul, au jeune ou vieux pas une parole il ne touche.
Tu serais juste en me tuant et en exterminant ma souche!»

820 Le testament lu, on s'attriste et à nouveau les larmes pleuvent.
Le roi interdit aux guerriers couleurs vives, étoffes neuves:
«Vous prierez pour les indigents, pour les orphelins et les veuves.
Que Dieu bénisse son chemin et que soit heureuse l'épreuve!»

 

XXXV. AVTANDIL PART REJOINDRE TARIEL

821 Loin du soleil, la lune luit et de son clair ne se dénué»
Le soleil la brûle de près, à s'écarter elle est tenue.
Mais la rosé sans le soleil pâlit, son éclat diminue,
Si nous ne voyons notre aimée, la tristesse nous exténue.

822 Le récit du départ du preux c'est maintenant que je commence.
Il marche le cœur bouillonnant et verse des pleurs de démence.
Il se retourne, demandant au soleil constance et clémence,
Sans la voir il s'évanouit, chancelant dans le champ immense.

823 Il perd les sens et la parole et ne peut point lancer un «bigre!»
Les larmes coulent de ses yeux comme les eaux en crue du Tigre,
Mais il surmonte sa douleur, son soleil lointain ne dénigre.
Le preux lâche bride et ne sait vers quels horizons il émigre.

824 Il dit: «Ô mienne, maudis-moi si je t'oublie quand je ne t'ois.
Puisque tu gardes ma raison, mon cœur retourne auprès de toi,
Mes yeux en pleurs veulent revoir celle que protègent nos toits.
À l'aimée l'amant se soumet, s'il aime d'un amour courtois.

825 «Comment me réjouir sans toi et ne trouver la vie acide?
Si je ne craignais ton chagrin, j'envisagerais le suicide,
Mais appréhendant ta douleur, de rester en vie je décide.
Je n'ai plus qu'à verser des pleurs, ne pouvant demeurer placide!

826 «On te dit l'image, Soleil, de cette nuit ensoleillée,
De l'Etre Unique intemporel, de son éternelle veillée,
Par toi les astres sont soumis et les étoiles relayées.
Fais-moi connaître, m'acceptant, ma destinée non délayée!

827 «Ô toi, par les sages d'antan en image de Dieu offert,
Viens en aide à ton prisonnier enchaîné et jeté aux fers!
Chercheur de rubis et cristal, le jais et les émaux je perds.
Loin de l'aimée je dépéris, moi qui près d'elle avais souffert.»

828 Ainsi pleurant, il se consume et fond à vue comme chandelle,
Il brûle au galop le chemin, craint d'être au serment infidèle.
Il admire, la nuit tombée, l'étoile au rendez-vous fidèle,
La compare à sa bien-aimée, lui parle, se croyant près d'elle.

829 «Lune, dit-il, au nom de Dieu devant toi ma cause je plaide!
Tu nous envoies le mal d'amour, mais pour les midjnours tu possèdes
Le baume de la patience, efficace et parfait remède.
Mon aimée, belle comme toi, Je veux revoir avec ton aide!»

830 Hanté par la nuit, il attend le coucher du soleil aride,
Au bord d'un fleuve il saute bas et contemple sur l'eau les rides,
Ses lacs versent des pleurs de sang, son front pensif ne se déride.
À nouveau il monte à cheval, l'éperonne et relâche bride.

831 Le cyprès solitaire pleure, en silence serre les lèvres,
Dans la vallée, près des rochers, de loin il abat une chèvre,
La rôtit, la mange, s'en va, Mars belliqueux son cœur enfièvre.
Il se dit: «Le destin amer sans pitié de rosés me sevre!»

832 Je ne saurais restituer du chevalier la plainte longue,
Evoquer sa peine sublime ou le rayon qui sur lui jongle.
Parfois il se rougit les yeux, en griffant sa rosé des ongles.
Il revoit la grotte, joyeux, prêt à payer rubis sur l'ongle.

833 Asmath accourt en le voyant, des larmes abondamment verse,
La joie la trouble, l'éblouit, brouille sa vue, la bouleverse,
Le preux descend de son cheval, embrasse la femme et. converse.
Revoir un être qu'on attend le cours de tous vos maux inverse.

834 Il dit: «Comment va le patron? L'aurai-je contre ma poitrine?»
Les larmes versées par Asmath se jettent dans les eaux marines.
Elle dit: «Le preux s'ennuyait, il est parti et pérégrine,
Je ne le vois ni ne l'entends, et c'est pourquoi je suis chagrine!»

835 La nouvelle le touche au cœur, comme une lame le pourfend,
Il dit: «Sœur, un homme ne doit imiter l'inconstant enfant,
Le serment enfreint, le mensonge apparaît hideux, triomphant!
Pourquoi la parole donner, si ensuite on ne la défend?

836 «Sans lui mon séjour ici-bas n'a de sens, et je le méprise!
Pourquoi n'endure-t-il ses maux, d'où lui vient de l'oubli l'emprise?
Il ose oublier le serment et la promesse en lui comprise?
Mais dois-je m'étonner du sort et de ses vilaines surprises?»

837 La femme dit: «Tu as raison et prends ombrage à juste titre,
Mais, sans te flatter, je voudrais trancher en équitable arbitre.
Pour tenir promesse et serment le cœur a bien voix au chapitre?
Privé de cœur, il veut mourir et son dernier jour il attitre.

838 «Cœur, intelligence, raison les uns sans les autres ne vivent,
Le cœur parti, ses compagnons sans s'attarder s'en vont, le suivent,
L'homme n'est plus homme et renonce aux siens quand du cœur on le prive.
Tu ignores comment le brûle et le réduit la flamme vive!

839 «Séparé de l'ami, tu as raison de maugréer, mais souffre
Que je te dise son état et dans quel abîme il s'engouffre!
La langue est lasse d'en parler, le cœur brûle comme du soufre,
Moi-même née pour le malheur, de le voir malheureux je souffre.

840 «Personne n'endura de maux semblables jadis ou naguère,
À sa vue homme, voire pierre, insensible ne resta guère.
Le Tigre se serait empli des pleurs que ses yeux prodiguèrent.
On juge autrui facilement, se portant sage dans sa guerre.

841 «Avant qu'il ne partît, saisi du feu le mettant en péril,
Je lui demandai; «Que dirai-je, en sœur, si revient Avtandil?»
«Qu'il cherche l'ami avili dans ces parages, me dit-il,
Je serai fidèle au serment et ne m'en irai en exil!

842 «Je tiendrai parole et serment, ma promesse je ne trahis,
J'attendrai le terme fixé, du flux de larmes envahi,
Qu'il m'enterre, me trouvant mort, qu'il s'écrie «hélas» et «vaï!»
S'il a l'heur de me voir vivant, qu'il en soit saisi, ébahi.»

843 «Sur ce le soleil me quitta, s'éclipsa par-delà les monts,
De larmes j'arrose les champs, je mêle mes pleurs au limon.
Démente, suis-je assez punie? Les soupirs lassent mes poumons,
La mort m'oublie, notre destin de vœux pieux nous ne limons!

844 «On lit le dicton que voici gravé sur une pierre en Chine:
«Celui qui ne cherche un ami, un jour se brisera l'échine.»
Rosé et violette d'antan, en safran le destin le chine.
Recherche, si tu veux, le preux qui en pensée sa mort machine.»

845 Le preux répond: «Tu as raison de blâmer mon accès d'humeur,
Mais dis, un prisonnier d'amour sert-il un autre qui en meurt?
Comme un cerf assoiffé vers l'eau, j'accours ici de ma demeure,
Je le cherche et, à travers champs, n'entends qu'une vague rumeur.

846 «Je quitte ma perle-rubis abritée par le cristal-nacre,
Au lieu de demeurer près d'elle, à elle au loin je me consacre.
Mon départ, frauduleux blessant les égaux de Dieu qu'il consacre,
En rendant le mal pour le bien, leurs cœurs d'élite je massacre.

847 «Touché par la grâce de Dieu, mon précepteur me vivifie,
Il est un ciel d'où les faveurs neigent et nos cœurs gratifient!
Mon départ perfide l'éprouve et mon oubli le mortifie,
Commettant cet affreux péché, la bonté de Dieu je défie.

848 «Ces épreuves, ô sœur Asmath, c'est pour lui que je les subis,
J'ai chevauché de nuit, de jour, sans souffler ni changer d'habits.
J'arrive, brûlé par son feu, et j'apprends son départ subit!
En vain je me suis fatigué, les pleurs inondent mon rubis.

849 «Sœur, je ne puis plus converser, car je dois le revoir à terme,
Je n'ai pas regret du passé, je suis les sages en leurs termes,
Je trouverai le chevalier si à ma vie mort ne met terme.
Reprocherais-je à Dieu mon sort me jetant en chauds ou froids thermes?

850 Le preux part sans un mot de plus, de tristesse son âme pleine,
La grotte passée, il franchit le fleuve et marche dans la plaine,
L'aquilon glace le rubis et la rosé de son haleine,
Il se plaint: «Sort me transperçant comme perce le cuir l'alêne!»

851 Il dit: «Dieu clairvoyant, en quoi ai-je péché, a Ton écoute?
Des amis Tu m'as séparé, je connais les affres du doute,
Seul, je pense au sort de nous deux et à mon péril je m'arc-boute.
Que mon sang retombe sur moi, car la mort point je ne redoute!

852 «Prenant des rosés, mon ami me frappa au cœur du bouquet,
Il brisa le serment et moi, à la lettre je l'appliquais.
Ô destin, si tu nous disjoins, j'oublie la joie et les banquets!
Nouveaux compagnons importuns, partez, ma vue vous offusquez!»

853 Il se dit: «Un homme d'esprit se plaint-il de menus discords?
À quoi sert le ruisseau de pleurs coulant dans un triste décor?
Mieux vaut concevoir un projet qui par nos efforts prendra corps.
Allons rechercher le soleil dont le roseau forme le corps.»

854 Versant des pleurs, le chevalier reprend son chemin et sa quête,
Il clame et veille nuit et jour, rien ne répond à sa requête.
En trois jours il parcourt champs, vaux, ravins et bois qui les revêtent,
Morne et las, sur l'épais mystère il ne fait la moindre conquête.

855 Il dit: «Créateur, quel péché ai-je commis, pauvre transfuge?
Pourquoi prolonges-Tu ma vie et quel châtiment Tu m'adjuges?
Rends-moi Ton jugement clément et entends ma prière, ô juge:
Abrège ma peine et mes jours, octroie-moi l'ultime refuge!»

 

XXXVI. AVTANDIL RETROUVE TARIEL

856 Le preux avance en murmurant, le teint livide et éploré,
D'une montagne il aperçoit un val ombragé et doré.
Un moreau broute, débridé, près des buissons inexplorés.
Il se dit: «C'est le chevalier qui semblait s'être évaporé.»

857 Le preux souffla, le cœur battant, ce morcau l'ami présageait.
Sa joie crût mille fois, non dix, désormais rien ne l'ombrageait,
La rosé rosit, le cristal redevint cristal, le jais, jais.
Sans quitter des yeux le cheval, vers lui le preux se dirigeait.

858 Mais à la vue de Tariel sa joie subite s'estompa:
Il était assis, triste et las, et semblait proche du trépas,
Son chef était criblé de coups, son col déchiré se fripa,
Rien ne l'attachait à ce monde, il en avait franchi le pas.

859 D'un côté gisait un lion près du glaive couvert de sang,
De l'autre une panthère il vit, tombée sous le coup terrassant.
Comme d'une source, des yeux coulaient les pleurs, ne tarissant,
Le cœur du preux fut consumé par un feu cuisant, incessant.

860 Le malheur le priva des sens et ses paupières alourdit,
De son supplice s'éloignant, de la mort proche il se rendit.
Le preux l'appela de son nom, mais Tariel ne l'entendit.
Du cheval, près de son ami, en frère Avtandil descendit.

861 Il essuie les pleurs de sa main, sur les yeux lui passe la manche,
S'assoit près de lui, le nommant, avec compassion se penche
Et lui dit: «Regarde Avtandil, près de toi sa soif il étanche!»
Mais Tariel, abasourdi, n'entend pas l'ami qui s'épanche.

862 Tout se passa comme le dit ma relation véridique:
Le chevalier, le ranimant, à sécher ses larmes s'applique,
Enfin Tariel reconnaît Avtandil qui parle et s'explique.
De par Dieu, on ne vit jamais naître de ces preux la réplique!

863 Tariel dit: «Frère, tu vois, je tiens parole et ne te mens,
Mon âme ne m'a pas quitté, je suis fidèle à mon serment.
Abandonne-moi à présent, je pleurerai amèrement,
Mort, enterre-moi, je ne veux faire des fauves l'aliment.»

864 Le preux dit: «Que t'arrive-t-il, pourquoi commets-tu un méfait?
Tu n'es pas le seul, car le feu d'autres midjnours chauffe et chauffait,
Mais ce que tu fais, quel mortel, dans quelle détresse l'a fait?
Pourquoi veux-tu te suicider, pourquoi te livrer au Maufait?

865 «Les sages passent à l'épreuve un sage» tel l'or au touchau:
L'homme doit être courageux, ne pleurer s'il a froid ou chaud,
Dans le malheur on s'endurcit comme un mur de pierre et de chaux.
Notre esprit cause notre mal, le sort des autres peu nous chaut.

866 «Quoique sage, tu ne suis point des sages les nobles préceptes.
Avec les fauves, dans les champs, des nouvelles on n'intercepte,
Pense à trouver l'aimée pour qui, loin des gens, la mort tu acceptes,
Sache qu'en ravivant ta plaie salut et bonheur tu exceptes.

867 «Qui n'a brûlé d'un feu ardent? Dis-moi, qui n'a été épris?
Qui a ignoré le tourment et qui n'en a payé le prix?
Qu'est-il arrivé d'inouï? Du corps pourquoi s'en va l'esprit?
Rosé sans épines a-t-on cueilli quelque part ou surpris?

868 «À la Rosé on demanda: «Qui fit ton être si beau et cher?
Pourquoi, difficile à cueillir, tu nous égratignes la chair?»
Elle répondit ; «Le fruit doux après l'amer nous est plus cher,
La beauté livrée au commun ne tente que les happe-chair.»

869 «Puisque la Rosé inanimée, hors d'âge, ne se veut hors-d'œuvre,
Qui peut aspirer à la joie si à la conquérir il n'œuvre?
T'imagines-tu à l'abri de Satan tapi dans la pieuvre?
Boudant le monde fugitif, dévoileras-tu sa manœuvre?

870 «Suis mon conseil, monte à cheval, endure le mal s'il le faut,
Méfie-toi de ton jugement, car il peut te faire défaut,
Surmonte désirs, passions et élimine tes défauts,
Crois-moi» c'est ton bien que je veux, ne me soupçonne pas de faux.»

871 Il répond: «Ma langue ne peut te parler avec cohérence,
Je n'ai point de force, dément, pour entendre tes remontrances.
Il m'est facile, d'après toi, d'endurer tourment et souffrance,
Mais je suis proche de la mort, de l'heure de ma délivrance!

872 «Agonisant, je fais un vœu, Dieu entende ma faible voix:
Que midjnours, séparés ici, dans l'autre monde se revoient,
Que joie et charme au rendez-vous puissent être de leur convoi,
Qu'à couvrir de terre ma tombe, amis, votre dextre pourvoie!

873 «Puis-je renoncer à l'aimée, puisque nous sommes indivis?
Elle viendra vers moi, j'irai vers elle la voir vis-à-vis.
Nous retrouvant, nous verserons des pleurs de joie inassouvis.
Entends cent conseils, mais retiens ce que ton cœur te prescrivit.

874 «Prête l'oreille à mon propos, la vérité je ne dénie:
J'ai peu à vivre, laisse-moi, car la mort me tient compagnie.
Mort, tu n'as que faire de moi, un fou vivant n'est qu'avanie!
Mes éléments se sont dissous, des âmes m'attend l'harmonie.

875 «Je n'entends point ce que tu dis et je suis loin de ta faconde,
La mort me guette, l'existence a la durée d'une seconde,
La vie me paraît insensée et mon esprit ne me seconde.
Je suivrai mes pleurs disparus au'sein de la terre féconde.

876 «Qui parle de sage à un fou et de sagesse qui le' charge?
Notre entretien aurait un sens, si je n'en demeurais en marge.
La rosé périt sans soleil, sa beauté ne lui sert de targe.
Ne m'importune plus, je perds ma patience sous la charge!»

877 Avtandil lui parle à nouveau et sa conviction y met,
Il dit: «À quoi te servirait, si tu nous quittais à jamais?
N'agis pas à ton propre égard comme un ennemi juré!» Mais
Ses mots demeurent sans effet, et le chevalier n'en peut mais.

878 Il reprit: «Puisque mon propos, ami, à rien ne t'engagea,
Je t'épargnerai des mots vains, je vois: ma langue t'affligea.
Meurs, si tu préfères mourir, ta rosé se fane déjà,
Mais une chose promets-moi!» — Le flot de pleurs le ravagea.

879 «Rosés et cristal entourés du jais de l'Inde en palissade
J'ai quitté pour venir ici en une rapide ambassade.
Le roi ne sut me retenir par ses mots ni ses embrassades,
Mais où trouverai-je la joie, banni par ton accueil maussade?

880 «Ne me renvoie sans accomplir le souhait que mon cœur recèle:
Toi qui me meurtris âme et cœur, je voudrais te revoir en selle
Dissipant et livrant au vent la tristesse que j'amoncelle.
Et puis, moi parti, tu feras ce que par ton propos tu scelles!»

881 Il l'exhorte: «Monte à cheval!» — et huit fois ce vœu se succède.
La chevauchée dissiperait la tristesse qui le possède,
Pliant son corps, joindrait ses jais, faisant qu'au sommeil il accède.
Tariel suspend ses soupirs, se résigne et à l'ami cède.

882 Tariel lui dit clairement; «Amène mon cheval devant!»
Avtandil l'aida à monter sans hâte, comme se devant.
Ils chevauchent, pliant le corps, à travers champs vont de l'avant,
Tariel en est ranimé et se sent mieux qu'auparavant.

883 Avtandil le distrait, au cas tels contes aimables adapte,
De ses lèvres pourpres sortis, les propos le chevalier capte,
À rajeunir l'ouïe des vieux, ces récits vivants seraient aptes.
Tariel devient patient, et le chagrin plus ne le sape.

884 Lorsque le mieux-être du preux eut réjoui son médecin,
Son visage s'épanouit et devint rosé son succin,
Il sut aborder le dément comme le sage et l'homme sain,
Son verbe conscient guérit l'inconscient de son dessein,

885 Reprenant le fil du propos, Avtandil observe, sincère:
«Je te demande seulement de me dévoiler ton mystère:
Ce bracelet, le doux présent de qui les charmes te blessèrent,
Comment l'aimes-tu, t'est-il cher? Dis-le-moi et je vais me taire.»

886 Tariel répond: «Sa beauté mon existence recréa,
Elle est ma vie et je lui dois et mes pâmoisons, et mes «ah!»
Plus que sans arbres, terre et eau, sans elle l'univers béa.
Un événement déplacé un goût acide a eu et a.»

887 Avtandil dit: «Je m'attendais à ouïr pareille réponse.
À présent apprends mon avis, je ne te céderai une once:
Mieux vaudrait qu'à ce bracelet, plutôt qu'à Asmath, tu renonces
C'est pourquoi je blâme ton choix et pour tes actes te semonce.

888 «Ton bracelet d'or ouvragé tu portes et sa flamme prises,
Impassible et inanimé, muet, il exclut les méprises,
Tandis que ta fidèle Asmath, devenue ta sœur, tu méprises,
Elle qui naguère servait celle dont est ton âme éprise!

889 «Asmath, votre intermédiaire et ta sœur par adoption,
Facilita vos rendez-vous, tu suivis ses prescriptions,
Elle forma ta bien-aimée pour subir ton affliction.
Tu ne désires plus la voir? Sois loué pour ton option.»

890 Tariel répond: «Ton propos recèle la vérité pure,
Asmath, pensant à elle, à moi, ne mérite cette coupure.
Je voulais mourir, grâce à toi me consumer mes feux ne purent.
Puisque je vis, allons la voir: quoique dément, folie m'épure.»

891 Avtandil, suivant l'amirbar, de son éclipse se repent.
Ne sachant comment les louer, je laisse l'éloge en suspens:
Les perles luisent, et la rosé alentour la senteur répand.
La langue douce tirerait du fond de son trou un serpent.

892 Avtandil dit: «Je sacrifie pour toi cœur, âme, intelligence,
Mais ne ravive point ta plaie, bannis loin de toi l'indulgence.
La sapience est sans effet si l'on oublie ses exigences,
Avoir un trésor enfoui, c'est végéter dans l'indigence.

893 «Il est oiseux de s'affliger de l'infortune avec excès,
Rien n'advient sans la Providence, elle gère vie et décès,
En trois jours ne périt la rosé, au soleil n'ayant eu accès.
Tente ta chance, Dieu aidant, tu auras victoire et succès.»

894 Tariel répond: «Ton conseil vaut un monde et, comme tel, compte.
Selon l'élève, un précepteur le brime ou, en l'aimant, le dompte.
Mais que faire si mon malheur je ne maîtrise, ne surmonte?
Je t'admire d'avoir passé ton propre mal à la refonte.

895 «La cire, relevant du feu, à sa proximité s'embrase,
Jeté à l'eau, le feu s'éteint, la surface redevient rase.
Nous compatissons à autrui pour ce qui l'oppresse ou l'écrase,
N'as-tu compris que mon cœur fond, entendant ma première phrase?

 

XXXVII. TARIEL RACONTE COMMENT
IL TUA UN LION ET UNE PANTHÈRE

896 «Je vais te conter maintenant l'accident qui m'est advenu,
Tu pourras juger en ton cœur par le détail le plus menu,
Je t'attendais patiemment, mais longtemps tu n'es revenu,
J'allai chevaucher dans les champs, la grotte ne m'a retenu.

897 «Passé les buissons, je parviens au pied des monts de cette chaîne,
Une panthère et un lion comme un seul être s'y enchaînent,
Ils me paraissent deux amants s'étant libérés de leurs chaînes.
Mais ce qu'à la suite je vois la révolte en mon cœur déchaîne.

898 «Ils s'ébattaient, se séparaient, puis se rapprochèrent d'un bond,
S'assénant des coups sans pitié, ils se combattaient, furibonds.
La panthère fuit en femelle, elle a un geste pudibond,
Le lion la suit, ne l'épargne, à sa vie en veut pour de bon.

899 «Je blâme le fauve: «Insensé, est-ce ainsi que l'on s'énamoure?
«Pourquoi offenses-tu l'aimée? Fi donc d'une telle bravoure!»
Je tire l'épée et son corps de coups terribles je laboure,
Je l'assomme et je l'affranchis de ce que si mal il savoure.

900 «Et puis, attirée dans mes bras, la panthère se rebiffa,
Je voulus l'embrasser au nom de mon amour qui m'échauffa,
Mais elle rugit, se dressa, me balafra et me griffa.
À bout de patience, alors de sa vie ma main triompha.

901 «Je dis bien: rien ne put calmer la bête à la furie sujette.
Je m'emporte et, la soulevant, avec force à terre la jette.
Je me souviens du jour sinistre où l'aimée mon amour rejette.
Depuis, je pleure, mais pourquoi ne me transperce une sagette?

902 «À présent tu connais mon mal, frère, tu vois mes plaies qui saignent.
Mon départ peut-il t'étonner? Et me le reprocher tu daignes?
Je me retire de la vie et pourtant la mort me dédaigne!»
Tariel soupire et se tait, des larmes amères le baignent.

903 Avtandil pleurait et payait le tribut au malheur rapace,
Il dit: «Tu ne dois déchirer ton cœur, paris, point ne trépasse!
Dieu condescend à ton amour, quoique ton mal encor ne passe,
Il vous unira de nouveau après une mauvaise passe.

904 «Les revers suivent un midjnour, le parcours de sa vie attristent,
La joie récompense celui qui d'abord au malheur résiste.
Amour nous rapproche de mort et la conduit sur notre piste,
Il transforme un sage en dément, assagit le fou et l'assiste.»

 

XXXVIII. RETOUR DE TARIEL ET D'AVTANDIL
DANS LA GROTTE ET ENTREVUE AVEC ASMATH

905 Ayant pleuré, les chevaliers regagnent leur abri rupestre.
Asmath se réjouit, voyant les deux silhouettes équestres,
Ses pleurs sillonnent les rochers qui désormais ne la séquestrent,
Ils s'embrassent versant des pleurs au faîte de la joie terrestre.

906 Asmath dit: «Ô Dieu ineffable, octroyant la béatitude,
Tu nous emplis de Ta clarté, Tu incarnes la plénitude!
La raison ne peut Te louer ni dire notre gratitude.
Merci de ne m'avoir tuée, pleurant pour eux, de lassitude.»

907 Tariel dit: «Sœur, si mon cœur versa des pleurs et s'épancha,
C'est que le monde fugitif exige de nous ce rachat,
Telle est son éternelle loi, qu'à bon entendeur il prêcha.
Comme la joie j'attends la mort, ne me soustrais à son pourchas!

908 «Quel homme, ressentant la soif, vide son eau sans qu'il n'y goûte?
Je m'étonne de voir mes yeux noyés de pleurs qui en dégouttent,
La soif tue et l'eau ne tarit, vivifiante goutte à goutte!
Hélas, ma rosé dépérit, ses perles enfilées s'égouttent!»

909 Avtandil pense à son soleil dont les rayons lointains le dardent.
Il dit: «Comment vis-je sans toi, à te revoir comment je tarde?
Sans toi ma vie m'est à regret, et s'égare mon âme hagarde.
Qui te dira quel feu cuisant mon corps consume, mon cœur arde?

910 «La rosé peut-elle penser: «Sans le soleil, je ne me fane?»
S'il se cache au-delà des monts, qu'adviendra de nous, pauvres fanes?
Ô cœur, sois ferme, tel le roc, non faible verre diaphane,
Espère l'heur de la revoir, ton âme noble ne profane!»

911 Le feu ardent les consumant, les chevaliers, pensifs, se turent.
Dans la grotte ils suivent Asmath que la flamme emplit et sature,
La peau de panthère elle étend aux cavaliers las des montures,
Les preux s'assoient et en amis causent avec désinvolture.

912 Pour le repas improvisé la viande rôtit sur la broche,
Il y a quelques gobelets, mais pas de pain parmi les roches.
Asmath prie Tariel ; «Sers-toi!» Mais le preux surmené ne bronche,
Puis avale un menu morceau d'une drachme, évitant reproche.

913 Il est bon de faire le bien, de livrer sa pensée intime,
À se comprendre on a profit, sans qu'un ordre exprès vous l'intime,
Le commerce apaise le feu, prompt à soulager sa victime,
En disant son mal, on ressent un soulagement légitime.

914 De nuit ne se séparent pas ces lions braves, ces héros,
Ils se confient en conversant les soucis dont leur cœur est gros.
À l'aube, ils évoquent le sort, paisibles, sans crier haro,
Ils se redisent leur serment, ne le répétant jamais trop.

915 Tariel dit: «Des mots nombreux prononcer il serait dommage,
Que Dieu te rende tes bienfaits, de tes maux qu'll te dédommage!
Point ivre, sobre, je le jure, épargne-moi un autre hommage,
À l'ami qui nous a quittés on ne cause point de dommage.

916 «Je t'en prie, ne me brûle pas de ton feu sans cesse croissant,
Je ne dois ma flamme au silex, à l'étincelle en jaillissant,
Car à son tour te réduirait le feu du monde envahissant.
Plutôt retourne sans tarder vers ton soleil incandescent!

917 «Même mon créateur aurait du mal à vouloir me guérir.
Vous qui m'écoutez, entendez pourquoi j'erre, prêt à périr.
Avant je possédais raison, mon bonheur je voulais quérir,
Mais à présent je suis dément, je m'éloigne sans coup férir.»

918 Avtandil dit: «Que répondrai-je à ta parole, à ton propos?
Toi-même tu viens d'évoquer le sage au jugement dispos:
Dieu peut, certes, guérir ta plaie, rendre à ton âme le repos,
Il fait croître toute semence et veille à Son propre dépôt.

919 «Dieu aurait-Il fait ce qu'il fit, vous créant, l'un pour l'autre, tels,
Pour vous séparer, te réduire à te mettre en tête martel?
Sois raisonnable! Les malheurs criblent tout midjnour, tout mortel,
Vous vous reverrez, ou je rends à Dieu mon âme et mon castel!

920 «Qui pourra se dire vainqueur sinon celui qui fait le crâne?
Il faut surmonter le malheur, mépriser du sort les arcanes,
Si le monde est avare, Dieu ne te mesurera Sa manne.
Entends-moi, car j'ose affirmer: qui ne veut entendre est un âne.

921 «Assez de mots comme sermon, entends-moi, si tu veux entendre!
Je dis adieu à mon soleil, je la priai de condescendre
À ma prière: «Il a réduit par sa flamme mon cœur en cendres,
Je dois sans tarder emprunter du chemin lointain les méandres.»

922 «Elle répondit: «Tu es bon et brave, pars, car le temps presse!
En servant le preux, tu me rends à moi-même une grâce expresse.»
Je ne partis furtivement, ni gris ni en état d'ivresse.
Elle me dirait: «Tu reviens en lâche auprès de la maîtresse?»

923 «Daigne interrompre ton propos, entends ma parole virile
Celui qui vise les exploits doit être sensé et habile,
La rosé fanée sans soleil à jamais demeure stérile.
Je te tirerai d'embarras en frère fidèle et docile.

924 «Demeure là où tu te plais et garde ta désinvolture,
Soit que sagesse ou bien folie emplisse ton cœur, le sature,
Réjouis-nous par ton aloi, éblouis-nous par ta stature,
Ne te laisse pas fondre au feu qui trouve en ta chair sa pâture.

925 «Je te promets que dans un an, ayant parcouru champs et bois,
Je t'apporterai du nouveau, tu ne seras plus aux abois.
Quand des rosés épanouies le parfum enivrant on boit,
À leur vue tu tressailliras, comme au son du chien qui aboie.

926 «Si je n'observe ce délai et ne reviens près de cet antre,
Sache qu'une flèche m'abat ou bien qu'une lance m'éventre.
Ce signe sera suffisant pour que tu puisses choisir entre
La joie ou le noir désespoir dans lequel à jamais on entre.

927 «Ne t'attriste point pour si peu, ne me trouve pas un air rogue,
Sans doute à cheval ou en mer m'attend de la vie l'épilogue.
En bête je ne m'abrutis, ne rejette l'amère drogue,
Dieu ou le firmament tournant ont à merci ma vie qui vogue.»

928 Tariel répond: «Je ne vais t'ennuyer d'un propos prolixe,
Un interminable discours lasse et l'attention ne fixe;
Si l'ami n'est de ton avis, agis selon son idée fixe:
Dans tout mystère, tôt ou tard, la claire évidence s'immisce.

929 «Tu ne concevras aisément ni mon malheur ni son outrance,
Errer ou demeurer, pour moi ne présente de différence,
Je suivrai ton conseil, malgré la folie de son ingérance,
S'il faut patienter sans toi, faisons preuve de tempérance.»

930 Ils sont d'accord, comme éveillés après un sommeil hiémal,
Ils chevauchent à travers champs, chacun abat un animal.
De leurs cœurs trop pleins à nouveau prend source le flux lacrymal,
La proche séparation ajoute du mal à leur mal.

931 Viens à ton tour verser des pleurs, ô lecteur qui lira ces vers,
Compatis au cœur écœuré que ronge de l'ennui le ver!
Le départ et l'éloignement constituent de mortels revers,
De ce jour le poids restera ignoré des esprits pervers.

932 Les chevaliers font leurs adieux, le sort entame son clivage,
Tariel, Asmath, Avtandil connaissent des pleurs le ravage,
Les oriflammes de leurs joues passent au pourpre en délavage.
Ces lions, tantôt peu civils, sont pris d'une fureur sauvage.

933 Ils partent gémissant, pleurant, la grotte plus ne les encastre,
Asmath dit: «Ô lions aux noms inscrits au céleste cadastre,
Brûlés, fondus sous le soleil, qui vous pleure, insolites astres?
Mon malheur, mon tourment sont grands, mon existence est un désastre!»

934 Les preux marchent ensemble un jour qui de l'espoir pour eux renferme,
Arrivés au bord de la mer, ils ne quittent la terre ferme.
La nuit ils partagent le feu, côte à côte, les yeux ne ferment,
Versant des pleurs avant l'adieu, se promettant de tenir ferme.

935 Avtandil dit à Tariel: «Vois tarir des larmes le ru!
Tu quittas Pridon, enfourchant ce destrier jamais recru,
Mais là-bas on aurait servi ton soleil et sa joie accru!
Chez ton frère je me rendrai, que tu soutins et secourus.»

936 Tariel explique à l'ami, de veiller a soi le priant,
Le chemin à prendre, au tableau des mots précis appropriant:
«Tout en suivant le littoral, tu marcheras vers l'Orient.
Si Pridon te parle de moi, dis-lui mon sort ne variant.»

937 Sur le feu d'un bûcher rôtit leur trophée du jour, une biche.
Partageant la viande et le vin, l'un par l'autre ils s'estiment riches,
Passent ensemble cette nuit sous un arbre où les oiseaux nichent.
Je maudis le monde trompeur, tantôt généreux, tantôt chiche!

938 Les amis s'embrassent à l'aube avant de reprendre la course,
Ils se font des adieux touchants et des mots précieux déboursent,
De leurs yeux coulent sur les champs des larmes comme d'une source.
Longtemps ils restent cœur à cœur, exténués et sans ressources.

939 Se griffant les joues, s'arrachant les cheveux, comme des surgeons,
L'un en amont, l'autre en aval ils marchent à travers les joncs,
De loin en loin s'interpellant (de douleur les mots nous chargeons).
Le soleil brunit, les voyant renfrognés comme deux donjons.

 

XXXIX. AVTANDIL SE REND CHEZ PRIDON

940 Ô monde qui nous fais tourner, de quel futur tu vaticines?
Pleurent sans interruption ceux que tes faux-fuyants fascinent!
De quel pays en quel pays jettes-tu l'homme et ses racines?
Mais Dieu ne sacrifiera pas celui que le sort déracine!

941 De se séparer de l'ami à Avtandil des larmes vaut,
Sa clameur monte jusqu'au ciel: «Je verse du sang à nouveau!
En pleurs nous nous quittons amis, comme nous nous joignions rivaux,
Les hommes ne sont pas égaux s'élevant à divers niveaux.»

942 Les fauves le suivent de près et lèchent le sanglant aiguail,
Le feu d'Avtandil ne s'éteint, son moreau fend l'air du poitrail.
Tinatine attire l'aimé, et il veut rentrer au bercail,
La rosé luit dans la clarté du cristal au pied de corail.

943 Se fanent rosé et aloès, à endurer des maux ils eurent,
Le rubis et le fin cristal l'écoulement du temps azure,
Toutefois, il ne craint la mort, la défie dans sa démesure:
«Sans soleil, c'est la nuit, doit-on s'en étonner outre mesure?»

944 «Soleil pareil à Tinatine, ainsi Avtandil s'exprima,
Ta lumière par monts et vaux son sceau magnifique imprima,
Mon regard sur toi s'est fixé, et ta beauté ne m'opprima,
Mais pourquoi livres-tu mon cœur à la froidure et au frimas?

945 «L'éloignement d'un seul soleil peut rendre rigoureux l'hiver,
Mais j'abandonnai deux soleils, mon cœur a doublement souffert!
Le mal n'est étranger qu'au roc, soit-il même au vent découvert,
La dague ne guérit la plaie en la repassant à travers.»

946 Avtandil implorait le ciel, le soleil radieux sommait:
«Ô Soleil, puissant souverain, toi qui domines les sommets,
Tu élèves l'humilié, en toi du bonheur la somme est!
Je mourrais, si, loin de l'aimée, la nuit ma journée consommait!

947 «Viens ajouter des pleurs aux pleurs et des maux aux maux, ô Saturne!
De noir opaque teins mon cœur, livre-moi au chagrin nocturne,
Charge-moi du malheur pesant, tout comme un âne taciturne,
Mais laisse-moi près de l'aimée, n'éloigne point l'astre diurne!

948 «Je t'implore, juge parfait, ô équitable Jupiter,
Tranche le litige des cœurs, ô toi qui règnes dans l'éther!
Ne justifie pas le fautif par ton verdict autoritaire,
Pourquoi me blesser, un blessé d'amour, condamné à se taire?

949 «Arrive, impitoyable Mars, et transperce-moi de ta haste!
Empourpre-moi, répands sur moi à flots abondants mon sang chaste,
Conte ma souffrance à l'aimée, daigne évoquer des faits néfastes.
Privé de joie, mon cœur est las et sur le point de crier: «Baste!»

950 «Elle me brûla de ses feux, viens à mon secours, ô Vénus!
Perles entourées de coraux, hôtes de nos cœurs bienvenus,
Votre beauté que de mortels a envahis, circonvenus!
Tu m'abandonnes à mon sort, me voici dément devenu.

951 «Mon sort ne ressemble qu'au tien, planète du tourment, Mercure!
Le soleil me tourne à son gré et consume mon âme obscure.
Décris mon mal, un lac de pleurs sera ton encre de mercure,
Pas plus gros qu'un cheveu, mon corps comme plume je te procure.

952 «Aie pitié de moi, je décrois, je m'émacie comme toi, Lune!
Le soleil me vide ou m'emplit, levé ou couché dans les dunes.
Va dire à l'aimée mon tourment, ma pensée folle, toujours une:
À elle, pour elle je meurs, sans elle vie m'est infortune!

953 «Le firmament est constellé, je prends à témoin sept étoiles:
Le Soleil, Jupiter, Mercure et Saturne m'ont dans la moelle,
Pour m'aider, la Lune, Vénus, Mars arrivent et se dévoilent.
Dites à l'aimée: je pâtis, grillé comme sur une poêle!»

954 Puis il s'adressa à son cœur: «Pourquoi ces pleurs intarissables?
Pourquoi te morfonds-tu? As-tu fraternisé avec le diable?
Cheveux en aile de corbeau, vous me rendez fou pitoyable,
Mais sachons endurer le mal ; la joie, quant à elle, est vivable!

955 «Mieux vaut sauvegarder la vie en ce corps svelte de bambou,
Pour revoir mon Soleil, je vais des obstacles venir à bout!»
Son chant se répand, chaleureux, et le ru de ses larmes bout,
Comparé au son de sa voix, un rossignol n'est qu'un hibou,

956 Le chant charmeur du chevalier séduit oiseaux et animaux,
Les cailloux s'arrachent du fond et jaillissent de la calme eau.
On l'entend, on pleure avec lui et l'on compatit à ses maux.
Son chant est triste et le torrent de pleurs ébranle les rameaux.

 

XL. ARRIVÉE D'AVTANDIL CHEZ PRIDON

957 Chevauchant soixante-dix jours, le chevalier suivit la côte.
Il aperçut des bateliers qui naviguaient dans la mer haute,
Lorsqu'ils furent près, il s'enquit: «Qui êtes-vous? Dites sans faute!
Quel est ce royaume, qui est ici le souverain et l'hôte?»

958 Ils répondirent: «Chevalier, si ce n'est pas à toi, à qui
Le dirons-nous? Ton air superbe et ta bonté nous ont conquis!
C'est le royaume de Pridon, s'étendant jusqu'à la Turquie,
Nous le servons, notre récit à l'avance t'étant acquis.

959 «Le nom de Nouradin-Pridon de notre cœur nous ne rayons,
À sa puissance, à son pouvoir jamais nous ne nous soustrayons,
Grâce à notre soleil ardent, nos ennemis nous effrayons,
Il est notre seigneur clément, qui répand sur nous ses rayons.»

960 Le preux répond: «Frères, je vois que vous êtes de braves gens,
Je cherche justement le roi, soyez d'un conseil obligeant:
Par quel chemin et en quel temps le joindrait un preux diligent?»
Les marins montrèrent la voie à Avtandil, l'y engageant:

961 «Tu iras à Mulgazanzar qui nous dicte nos us et rules,
Tu y trouveras notre roi, l'ennemi est sous sa férule.
Cyprès et rubis, en dix jours ce chemin à cheval tu brûles,
Mais dis-nous, étranger, pourquoi ton feu nous enflamme et nous brûle?

962 Le preux répond: «Vous m'étonnez en me louant, frères divers,
Car vous appréciez si haut le charme des rosés d'hiver!
Si seulement vous m'aviez vu beau et embaumant vétiver,
Semant la joie et la gaîté et embellissant l'univers!»

963 Ils s'en vont, et le preux poursuit son chemin, chevauchant sans cesse,
Son cœur est ferme tel le fer, son corps ressemble à l'aloès,
Il évoque, avançant au trot, le temps où il faisait florès,
Des narcisses sur le cristal pleuvent les pleurs en aspergés.

964 Les inconnus qu'il aperçoit servent le chevalier rigide,
Ils s'approchent pour l'admirer et se pâment d'un air languide,
Ils ont du mal à le quitter, chacun le conseille et le guide,
On répond à ses questions, enfin, on lui assigne un guide.

965 Approchant de Mulgazanzar, le chemin parcouru d'emblée,
Il voit un groupe de chasseurs qui semblent contents et comblés,
Ils cernent la vallée, traquant la bête réduite à trembler.
Les traits abattent le gibier, comme au champ on fauche le blé.

966 Le preux questionne un des chasseurs au sujet de ce mascaret:
«Quel est ce vacarme, ces cris, chocs de sabots, flot de jarrets?»
L'autre: «C'est la suite du roi Pridon le Mulgazanzarais
Qui chasse, cernant la vallée, encerclant le moindre furet.»

967 Le preux s'approche des guerriers, il est d'une allure sans tare,
J'admire son rayonnement indicible, que l'on ne narre!
Loin de lui les gens sont gelés, de près il brûle et ne crie gare,
Son corps, un flexible cyprès, vous éblouit et vous égare.

968 Au-dessus de l'attroupement soudain on aperçoit un aigle,
Le preux donne de l'éperon, dans le regard un feu espiègle,
D'une flèche il abat l'oiseau, sans broncher et selon les règles
Lui coupe les ailes, s'en va, de son destrier le pas règle.

969 En l'apercevant, les archers baissent l'arme et cessent le tir,
Le cercle se détend, sa vue ne peut que les assujettir.
Ils se pressent près du héros, prêts à le suivre et à partir,
Ils ne profèrent: «Qui es-tu?»—n'osent point deux mots assortir.

970 Au milieu d'un splendide pré Pridon se tient sur la colline,
Près de lui quarante guerriers prompts à lancer la javeline.
Vers le roi va, cerné de serfs, Avtandil, beauté cristalline,
Pridon s'étonne en les voyant, et son courroux point ne décline.

971 Pridon expédie son valet: «Vois si l'on ne commet bévue,
Pourquoi le cercle ont-ils rompu, perdent-ils le sens de la vue?»
Tantôt sidéré par le preux et par sa beauté entrevue,
Le serf cligne des yeux, muet, sa langue de mots dépourvue.

972 Avtandil voit le messager, intimidé au demeurant,
L'interpelle: «Dis à ton roi, à ton souverain noble et grand,
Qu'avant délaissé mon pays, étranger, chevalier errant,
En confrère de Tariel au-devant de lui je me rends.»

973 Porteur de ces mots, le valet va vers Pridon d'un pas rapide:
«Ô roi, j'entrevis le soleil, l'astre du jour clair et limpide,
Je pense qu'auprès de ce preux un sage devient insipide.
Il dit: «Frère de Tariel, je cherche Pridon l'intrépide.»

974 Entendant nommer Tariel, le mal du roi Pridon s'allège,
Les larmes coulent de ses yeux, son cœur est franc de sortilèges,
Un coup de vent givre la rosé et des cils fait tomber la neige.
Les preux se saluent, et tous deux ont des mots bons, non sacrilèges.

975 Pridon descend de la colline en vue de ses preux et bourgeois,
Voyant le chevalier, il dit: «Est-ce soleil ou feu grégeois?
Il est au-dessuside l'éloge et des mots que de mon serf j'ois!»
Ils sautent bas de leurs coursiers pour verser des larmes de joie.

976 Quoique l'un à l'autre étrangers, ils s'embrassent sans nulle gêne,
Le roi plaît au preux, celui-ci a de Pridon le suffrage, enne!
Devant eux le soleil s'éclipse, à leur vue on ne morigène.
Tue-moi si l'on vend au marché une beauté plus homogène!

977 Quel preux se compare à Pridon, qui ferait son apologie?
Mais de rarissimes vertus en Avtandil se réfugient.
D'autres astres près du soleil s'effacent comme par magie,
Passant inaperçue le jour, de nuit s'impose la bougie.

978 La foule suit les chevaliers, vers le palais la marée marne,
La chasse finie, les chasseurs sur le gibier plus ne s'acharnent,
Autour d'Avtandil on entend s'interroger les guerriers qu'arne
Leur sort: «Quelle force créa celui qui la beauté incarne?»

979 Le preux dit à Pridon: «Je sais que tu as hâte que je conte,
Je t'apprendrai donc qui je suis, car de le savoir tu escomptes,
Comment je connus Tariel, pourquoi pour frère je le compte.
Il m'appelle frère, pourtant je serais son serf, sauf mécompte.

980 «En Arabie né et grandi, je suis sujet du roi Rostan,
Grand Spaspeth, nommé Avtandil, d'un sang de noblesse, distant,
Je fus élevé comme un fils par le roi généreux, constant,
Je suis courageux, aucun preux ne me bravant ni m'accostant.

981 «Un jour le roi va à la chasse et son Spaspeth de l'y suivre ose.
Nous voyons au champ Tariel qui de ses pleurs la terre arrose,
Nous le prions de s'approcher, mais il ne bronche point, morose.
Dépités, nous ne devinons quelle flamme brûle la rosé.

982 «Le roi ordonna de saisir le chevalier qui le fâcha,
Mais l'autre abattit ses guerriers, les malmena et les hacha,
À certains bras et pieds trancha, à d'autres l'âme il arracha.
Nous entendîmes de ce fait qu'il ne voulait qu'on l'approchât.

983 «Apprenant l'échec des guerriers, le roi courroucé, sans palabres,
Chevauche son coursier d'un air farouche comme quand il sabre.
Reconnaissant, le souverain, Tariel ne lève son sabre,
Relâche bride et disparaît avec son coursier qui se cabre.

984 «Nous cherchâmes, sans le trouver, le preux en aval, en amont,
Le roi oublia ses banquets, l'inconnu semblait un démon!
Ne pouvant ignorer son sort, ni le roi ni moi ne dormons,
Alors je m'en vais en secret le rechercher par vaux et monts.

985 «Je passe trois ans sans sommeil dans une quête opiniâtre,
Des Cathaïens j'apprends enfin le chemin menant vers son âtre.
Je trouve la rosé fanée, au teint terni, d'un ton jaunâtre.
Il m'accueille en frère et en fils, me choie, me chérit, m'idolâtre.

986 «Il enleva la grotte aux devs au prix d'une lutte sanglante,
Près du solitaire est Asmath calmant sa douleur violente,
Inséparable de son cœur, l'embrase la flamme brûlante.
Celui qui le quitte est réduit au deuil, aux larmes ruisselantes.

987 «La femme, seule dans l'abri, verse un flot de larmes ponceau,
Le preux rapporte du gibier en lion à ses lionceaux,
Ayant déposé ses trophées, il part pour de nouveaux assauts,
Il ne voit personne, à part elle, évite vieillards, jouvenceaux.

988 «De cet étranger j'attendais son histoire triste, inspirée.
Il me parla de son émoi, de sa belle et tant désirée,
Des maux subis et endurés, et de sa douleur empirée.
Le preux se meurt de ne revoir sa bien-aimée qu'en empyrée.

989 «Il déambule sans arrêt, à l'instar de la lune luit,
Il chevauche ton beau coursier, fuyant ou évitant autrui.
Malheur à moi qui m'en souviens, et aussi malheur à celui
Qui se lamente pour ce fauve et qui voudrait mourir pour lui!

990 «Je brûle du feu de ce preux, je me meurs pour son amitié,
Mon cœur devenu furibond, me voici saisi de pitié.
Je cherche un remède pour lui sur les mers et par les sentiers,
Je rentre et vois mon souverain assombri et le cœur altier.

991 «Je demande de repartir, le monarque m'apparaît triste,
Je quitte en secret mon armée et mon absence la centriste.
Fuyant le palais, j'interromps le torrent de pleurs, me désiste,
Je cherche un baume pour l'ami et je ne quitte point sa piste.

992 «Il me parla beaucoup de toi, m'entretint de fraternité,
À présent je t'ai retrouvé, ses hommages sont mérités.
Dis-moi où chercher le soleil dont le ciel bleu est habité,
Elle est la joie de qui la voit, les autres sont déshérités.»

993 Pridon s'enflamme en entendant parler ainsi le preux prodigue,
Ils s'attristent pareillement, tristesse ne leur sert de digue,
Leurs cœurs qui prohibent l'oubli des larmes brûlantes prodiguent,
La rosé est aspergée d'eau chaude et la forêt de cils l'endigue.

994 On entend pleurer les guerriers qui poussent une clameur grande,
Ils se griffent les joues, jetant au loin leur voile dans les brandes.
Pridon ne vit le preux sept ans, et ses cris sa souffrance rendent;
«Hélas, le monde est hypocrite et le mensonge est son offrande!»

995 Pridon dit: «Comment vous louer, traits qui comblés d'éloges n'êtes?
Toi, soleil qui fais détourner le soleil dans sa marche nette,
Toi, emplissant de joie la vie et soutenant les cœurs honnêtes,
Toi qui brûles, anéantis astres célestes et planètes!

996 «Depuis que je suis loin de toi, mon existence est haïssable,
Quoique ta pensée soit ailleurs, ta présence est impérissable,
Tu te réjouis sans l'ami, mais te voir m'est indispensable,
Sinon le monde apparaîtrait un désert envahi de sable.»

997 Pridon émit sa cantilène et lui confia sa torture,
Puis les preux calmés, apaisés, cessèrent les pleurs et se turent.
Le charme d'Avtandil agit, sa beauté la foule capture,
Ses lacs d'encre sont recouverts de jais leur servant de toiture.

998 Dans la ville les attendait le palais en parfait état,
On y observait strictement les us et règles de l'Etat,
Pour le banquet les officiers et les valets on apprêta.
On accueillit avec transport Avtandil et on le fêta.

999 La salle du palais est pleine et l'assemblée est respectable,
De part et d'autre des deux preux se rangent dix fois dix notables,
Comment les louer quand, tous deux, ils se dirigent vers la table?
Le cristal, le rubis sont teints d'émail et de jais délectables.

1000 On festoya et l'on versa à flots généreux le sorbet,
Pridon conviait Avtandil, Joyeusement ils l'absorbaient,
Les mets se relevaient de mets, le menu ne se résorbait.
Le reflet du feu sur les cœurs orangé comme la sorbe est.

1001 Jusqu'au soir dure le banquet, puis se dissipent les convives,
À l'aurore on baigne Avtandil, il est aise comme une vive,
Un peignoir coûtant des milliers de drachmes l'orne, aux couleurs vives,
Quant à la ceinture sans prix, quels sont les mots qui la décrivent?

1002 Le preux séjourne chez le roi, sa patience est en enjeu,
Il chasse aux côtés de Pridon, prend part aux ébats et aux jeux,
Son tir est sûr de près, de loin, par un temps beau ou nuageux,
Aux archers confondus l'effet s'avère désavantageux.

1003 Le chevalier dit à Pridon: «Ois la pensée qui me martèle:
La proche séparation me sera néfaste et mortelle,
Mais je ne veux plus différer, vu que ma flamme vive est telle,
Qu'affaire urgente, long chemin m'appellent, non point bagatelles.

1004 «Celui qui te quitte a raison de pleurer, pris d'un mal rongeur,
Mais je ne saurais demeurer, brûlé par un souci majeur,
En comprenant qu'il fait erreur, ne s'attarde le voyageur.
Conduis-moi au bord de la mer où vint le soleil ravageur.»

1005 Pridon dit: «Te contrarier relèverait de l'indécence,
Je sais que tu n'as plus le temps, que te transperce une autre lance.
Le Seigneur conduise tes pas, affirme au combat ta puissance!
Mais dis-moi, comment endurer ton éloignement, ton absence?

1006 «J'ose ajouter que tu ne dois t'en aller seul, en mal de verve,
Je te donnerai mes guerriers, qu'ils t'accompagnent et te servent,
Que des mulets et des chameaux chargés d'armures te desservent.
Des difficultés du chemin la rosé en pleurs ne se préserve.»

1007 Il lui présenta quatre serfs dévoués et non pas félons,
Lui fit don d'un équipement, de jambières et de dards longs,
En plus soixante livres d'or lui serviront de beaux aplombs,
De même qu'en harnachement complet le fougueux étalon.

1008 Puis Pridon chargea un mulet docile, aux jarrets endurcis,
Il reconduisit Avtandil, le chemin en fut raccourci.
Face à la séparation le feu le brûla sans merci:
«Si le soleil se retirait, par le froid nous serions transis.»

1009 Du départ imminent du preux le menu peuple fut instruit,
On vit se rassembler bourgeois, vendeurs de soie, marchands de fruits.
Les sanglots, les cris violents chargent l'air d'orage et de bruit,
On gémit: «Le soleil parti, le vague à l'âme nous détruit.»

1010 On atteignit le littoral, accédant à la perspective
Du lieu d'où Pridon aperçut le soleil qui luit et captive.
Le lac de pleurs y déversa un ruisseau en expectative,
Et Pridon ému évoqua la belle planète captive:

1011«Je vis le soleil que gardaient dans une nacelle deux nègres,
Voilée de noir, aux blanches dents, aux lèvres de rubis intègres.
Je voulus m'approcher, les noirs me montrèrent visage maigre,
Joignirent l'embarcation, partirent en oiseau allègre.»

1012 Les preux s'embrassent sous le poids du mal et de la douleur tue,
Devant l'épreuve à endurer le feu ravageur s'accentue,
La séparation des preux, des frères liés s'effectue,
Pridon demeure et part l'ami dont la perfection vous tue.

 



Traduit du Géorgien, préfacé et commenté par Gaston Bouatchidzé
Traduction revue par MM. Philippe Dumaine et Bernard Outtier.
Présentation d’Alexandre Youlikov et Besiki Sisaouri.